Flash Infos
LDC : Premier but pour El Ghazi face au Barça - mercredi 22 octobre 2014 11:23
Rachid El-Ouali Alami à la tête du MAS - mercredi 8 octobre 2014 13:29
MAT : Mehdi Nemli soigné au frais de la FRMF - mercredi 8 octobre 2014 08:19
Histoire des Lions

Histoire des Lions (22)

Billets sur les équipes nationales du Maroc, les Lions de l'atlas, Lionceaux, Olympiques, Lionnes de l'atlas, Lions Beach Soccer, Lions Futsal, Mountakhab, Maroc-football

vendredi, 27 septembre 2013 02:33

Badou Zaki, le gardien des Lions.

Écrit par

Badou Zaki. Tout simplement le meilleur palmarès de l'histoire du football marocain. L'histoire, il l'a marqué en étant sacré Ballon d'Or 1986 grâce à son excellent Mondial mexicain. L'ancien wydadi est donc le deuxième gardien à avoir remporter cette distinction après le camerounais Thomas N'kono, sacré à deux reprises. Tout simplement légendaire.

Depuis sa victoire à Addis-Abeba en Éthiopie, le peuple marocain a connu qu'une finale en 2004 contre la Tunisie.

Grâce à nos confrères de Telquel : Retour sur l'exploit, déjà vieux de 36 ans, de la seule victoire continentale du Maroc. Raconté par Ahmed Faras,meilleur buteur de l'histoire des Lions de l'Atlas.

Considéré comme l'un des meilleurs sportifs de l'histoire du sport marocain, Mustapha Hadji a arrêté sa riche carrière en 2010 au Luxembourg, dans le club de Fola Esch, petit club amateur du petit royaume. De Nancy à Sarrebruck en passant par le Sporting Portugal, le Deportivo La Corogne, Coventry ou Aston Villa, le Ballon d'Or africain 1998 est un grand voyageur. Malgré ses multiples expériences dans le Vieux Continent, son palmarès n'est pas à la hauteur d'un joueur considéré comme l'un des plus fins techniciens du football africain. Malgré cela, les souvenirs de sa longue carrière professionnelle sont importants. En 2011, Il fut élu, à Accra (Ghana), légende du football africain par la Confédération Africaine de Football (CAF).

Le Raja Casablanca, club parmi les plus populaires du Royaume, est également un cador sur la scène africaine avec trois Ligue des Champions dans son armoire à trophée. Sur le plan national, son histoire se mesure à l'aune de la rivalité qui l'oppose à son ennemi éternel, le Wydad de Casablanca.

 

Dans le football marocain, le Wydad Casablanca est le club le plus titré sur le plan national. Il devance son ennemi de toujours, le Raja Casablanca et le FAR de Rabat. Sur le plan africain, le Wydad a remporté la Ligue des Champions en 1992.

Salaheddine Bassir, c'est neuf ans au plus haut niveau (1994-2003). Le temps de remporter le championnat d’Espagne mais aussi d’échapper au piège saoudien grâce à la bienveillance de feu Sa Majesté le Roi Hassan II.

La vie d'un homme est inévitablement jalonnée de drames dont il souhaite à jamais laver sa mémoire. Le procédé le plus efficace pour vous convaincre de la très haute estime en laquelle Mohamed Timoumi est tenu par l'ensemble de ses compatriotes consiste malheureusement à évoquer, une fois encore, la gravissime blessure qui vint, le 9 novembre 1985, interrompre la carrière de celui qui quelques semaines avant de remporter le Ballon d'Or africain.

Le Mondial mexicain de 86 fut la seconde participation des marocains à une Coupe du Monde et la première était déjà au Mexique en 1970. En terrain aztèque les marocains terminèrent bons derniers de leur groupe derrière la RFA, le Pérou et la Bulgarie.

mercredi, 27 février 2013 01:00

Histoire d'un Lion : Ben Barek, la perle noire

Écrit par

Né à la fin des années 1910, Larbi BEN BAREK, dit "La perle noire", était un footballeur Marocain de l'équipe de France. Il fut et reste à l'heure actuelle l'un des meilleurs footballeurs de tous le temps. Pelé dira même : " Si je suis le roi du football, alors Ben Barek en est le Dieu". La carrière du joueur fut fascinante, son intégration au sein des clubs français et en équipe de France fût mouvementée.

benbarek-pele


- Une carrière courte mais exceptionnelle.

BEN BAREK commence le football à l'âge de 14 ans au Football Club El Ouatane, pendant deux ans.

-   En 1934, il rejoint l'Idéal Club de Casablanca, alors club de deuxième division marocaine. Au cours d'un match  contre l'Union Sportive Marocaine, Il se fait repérer en marquant deux buts. Lors de cette saison il permet à son équipe de se classer troisième du championnatEn 1935 Larbi BEN BAREK signe donc à L'union Sportive Marocaine, triple vainqueur du championnat d'Afrique du Nord, pour trois années. Dans la même année Larbi est sélectionné pour la première fois avec l'équipe «régionale» du Maroc.

-  En 1937, au cours d'un match Larbi BEN BAREK est repéré par des recruteurs de l'olympique de Marseille.

-  En 1938 BEN BAREK s’engage en faveur de l’OM où il évoluera pendant une année.

-  En 1938, Il fait sa première apparition en équipe de France.

-  Lors de l'été 1939, "La Perle Noire" retourne au Maroc car c'est le début de la seconde guerre mondiale. Il s’engage en faveur de  l'US Marocaine pour une durée de cinq ans, jusqu'en 1945.

-  À la fin de la guerre BEN BAREK retourne en France pour signer au Stade Français où il jouera trois ans.

-  Il décide de partir en Espagne pour signer à l'Atletico Madrid où il remporte deux titres de champion d'Espagne entre 1948 et 1953

-  Il termine sa carrière professionnelle en passant deux ans à Marseille jusqu'en 1955.

Intégration en équipe de France et dans le championnat français

BEN BAREK était un marocain. À son arrivée, il ne fût pas épargné par les stéréotypes que subissent les immigrés africains en France. Le Maroc étant a l'époque une colonie française, sa carrière en équipe de France est très mal vue par les autres pays notamment l'Italie où le 4 décembre 1938 à Naples, le public italien siffle les français et particulièrement BEN BAREK, qui ne possédait pas encore la nationalité française. En réponse à ses sifflets racistes, il chanta La Marseillaise.
Les français adoptent Larbi au vu de son comportement face à ses sifflets. On peut penser que ses sifflets sont l'œuvre du fascisme alors au pouvoir en Italie.
Ensuite, on peut admettre que son intégration à Marseille a été facilitée par le fait que cette ville soit assez cosmopolite et accueille donc bon nombre de nationalités. Cependant dans les années 1930, se développe, en Europe, un courant de discrimination raciale.
Avec l’arrivée de la seconde guerre mondiale, et la montée en puissance des mouvements extrémistes, BEN BAREK part se « réfugier » au Maroc, comme il n’est pas mobilisé. Après l’épisode des sifflets italiens, « La perle noire » peut se rendre compte que les discriminations existent pour tous, et qu’il y aura toujours quelqu’un pour lui rappeler qu’il n’est pas réellement français.
En 1954, neuf jours avant le match devant opposer les Bleus aux champions du monde en titre, BEN BAREK réalise une magnifique prestation au cours d'une partie amicale disputée au parc des princes : France-Afrique du Nord (2-3). Larbi joue cette rencontre sous le maillot de l'Afrique du Nord, mais sa prestation et son prestige sont tels, que le public réclame et obtient sa sélection chez les Bleus. BEN BAREK est alors le seul joueur de couleur de l’équipe France.

On a pu voir qu'au début du siècle, l'intégration des immigrés africains à travers le sport était difficile. Les tensions entre les différentes ethnies ainsi que la montée du racisme rendaient leur intégration encore plus difficile. Cependant, le fait que BEN BAREK venait d'une colonie française lui a permis de mieux s'intégrer dans le championnat français et en équipe nationale. Il restera une icône de l'intégration et du football français.

mardi, 30 octobre 2012 01:00

Histoire d'un Lion : Adrien le Marocain...

Écrit par

Il existe un peu partout des talents innés. Certains connu, d'autres peu...d'autres écloent oune demandent qu'à éclore. Bref, une pléiade de joueurs qui évoluent dans les terres de notre beau pays, ou d'autres qui évoluent dans le vieux continent ou ailleurs.

Le milieu offensif toulousain Adrien Regattin devrait choisir de défendre les couleurs du Maroc.

Page 2 sur 2

Match des Lions

Dernières Infos

Interviews LDA

Driss Fettouhi : Je suis un pur produit Marocain

Ce qu’il faut savoir c’est que je suis un pur produit marocain. "

La suite

Youssef El-Arabi : Je regrette sans vraiment regretter

Rencontre avec l'international Marocain, Youssef El-Arabi, intérrogé sur son

La suite

Interview Kaddouri : "Je me sens marocain avant tout."

Dans l’édition hebdomadaire de SportWeek, inscrite dans le célèbre

La suite

Interview LDA: à la rencontre d'Ismael Chrifi

Il y a quelques jours nous vous annoncions la signature du jeune Chrifi à l'Olympique

La suite

Nous avons 146 invités et aucun membre en ligne

Allez les Lions

 

Editos